jeudi 11 janvier 2007

Mon pot' au feu !


Ce que c'est que l'habitude !

"Je ne mange pas la tomate !" "Ce n'est pas comme ça qu'il faut faire !"

Ah ! cuisiner ici ! L'igname se cuit d'une part et la sauce se cuit d'autre part ; mais moi je mélange et use d'un seul pot ; à l'igname se mêle le piment, la tomate, l'oignon ; les parfums s'échangent et se mêlent. Mais je n'ai pas l'objet ad hoc pour écraser, et, même coupés fins, piment, oignon ou tomate conservent un air d'origine et les graines se distinguent, qui disparaîtraient au broyage. Alors : "je ne mange pas cela ! Il faut que cela soit broyé !" Vraiment, quel cuisinier je fais qui, jamais ne vit sa grand-mère refaisant les gestes de sa mère-grand !

Dans un seul pot mis au feu, je mêle ce que ma main trouve, qui plaît à mon oeil et fait clignoter mes papilles par avance. Tout mitonne et cuit ensemble ; dans le pot se mêlent et s'échangent les saveurs tout autant que les couleurs et je ne sers pas de ceci accompagné de cela mais de quelque chose dont chaque élément garde son originalité, mais teintée de l'accent de chacun de ses camarades de fortune !

C'est ainsi que j'aime à manger et à celui qui dit encore "soupe Michel pas bon !" je laisse la place !

Mais, de tous les plats fameux qui règnent à l'export, ne sont-ce pas les pots au feu qui dominent : cassoulet, couscous, tajine...?

Au même pot, messieurs acceptez d'être mis ! Au même pot, messieurs acceptez que l'on s'invite ! Et, alors, "ce qui nous unit sera plus fort que ce qui nous sépare !"

Porto Novo 01/07

Aucun commentaire: